Epouvantail perchés



Récemment installée dans la banlieue de Nantes, je vis et travaille dans une campagne industrielle et maraichère qui n’est pas sans influer ma pratique. La vallée maraichère des bords de Loire est un paysage gras, marécageux, qui laisse s’installer des serres à perte de vue, des vagues de tunnel où prolifère la mâche ; c’est une campagne juteuse. J’ai piqué ses matériaux, cagettes, vannes, béton et sable, pour en faire des épouvantails inversés. Des cagettes une fois désossées devienne boîtes à son, enfin poncée en fines lamelles, elles tournent dans un mouvement lent, et projettent un son brut dérisoire, loin de l’optique de rendement dans lequel elles avaient été conçue.
Le regardeur est libre de tourner la vanne de les faire parler et les six boîtes communiquent alors leur absurdité.





Abruit Plot HR. Rouen du 15 janvier au 12 février 2012

http://plothr.blogspot.fr/

Exposition collective avec Blandine Brière, Charles-Henry Fertin, Jean-Baptiste Moreira Bessa.
Sur une proposition de Aurèle Orion









«  Voici encore des arbres et je connais leur rugueux, de l'eau et j'éprouve sa saveur. Ces parfums d'herbe et d'étoiles, la nuit, certains soirs où le cœur se détend, comment nierais-je ce monde dont j'éprouve la puissance et les forces ? Pourtant toute la science de cette terre ne me donnera rien qui puisse m'assurer que ce monde est à moi. Vous me le décrivez et vous m'apprenez à le classer. Vous énumérez ses lois et dans ma soif de savoir je consens qu'elles soient vraies. Vous démontez son mécanisme et mon espoir s'accroît. Au terme dernier, vous m'apprenez que cet univers prestigieux et bariolé se réduit à l'atome et que l'atome lui-même se réduit à l'électron. Tout ceci est bon et j'attends que vous continuiez. Mais vous me parlez d'un invisible système planétaire où des électrons gravitent autour d'un noyau. Vous m'expliquez ce monde avec une image. Je reconnais alors que vous en êtes venus à la poésie: je ne connaîtrai jamais. Ai-je le temps de m'en indigner? Vous avez déjà changé de théorie. Ainsi cette science qui devait tout m'apprendre finit dans l'hypothèse, cette lucidité sombre dans la métaphore, cette incertitude se résout en œuvre d'art. »
 « Ce monde en lui-même n’est pas raisonnable, c’est tout ce qu’on peut en dire. Mais ce qui est absurde, c’est la confrontation de cet irrationnel et de ce désir éperdu de clarté dont l’appel résonne au plus profond de l’homme. »

Extraits de Le mythe de Sisyphe. Albert Camus.


Vidéo document, plot HR.


concert epouventail from Blandine Briere on Vimeo.

Articles les plus consultés

TRAFIC